Le Podauditeur

Google
 
sur le Web sur les blogs de Mr Vertigo

lundi 27 mars 2006

Avec le podcast faites vibrez vos oreilles aux sons de vos passions…

Après une période très boulimique durant laquelle je finissais à ne plus rien écouter attentivement, j’ai décidé de stabiliser ma vie de podauditeur pour le bonheur de mon iPod qui, je l’avoue, n’arrivait pas toujours à suivre.

Il faut dire que depuis quelques mois je lui proposais, semaines après semaines, des dizaines de nouveautés me permettant de tester et de sélectionner de façon très subjective le meilleur du podcasting.

Cette semaine, point de découvertes majeures. J’ai donc décidé de laisser tourner ma programmation toute seule pour le plus grand bonheur de mes oreilles.

Je dois dire que cette expérience a été plutôt reposante pour mon cerveau. Chaque matin j’ai connecté mon iPod à mon Mac avant mon petit déjeuner et tout ce que j’aime écouter s’est retrouvé mis à jour. Le casque bien calé sur les oreilles, j’ai ainsi quotidiennement plongé dans la bouche de métro en me laissant faire.

En règle générale, difficile d’écouter toutes les nouvelles émissions la même journée. Mais heureusement mes podcasteurs préférés, comme s’ils s’étaient passés le mot, ont su distiller leurs sons.

Pour une « Podcast Playlist » réussie, voici donc ma petite recette personnelle :

Quelques gouttes quotidiennes de Stéphane et son Cinépod complétés d'une pincée de 2000 ans d’histoire (seul podcast issu des radios nationale mais à mon sens incontournable).

Le tout, agrémenté de quelques cessions hebdomadaires :
Valérie et ses Minutes Célibataires, Stuff et toute la bande pour des tranches de « pom » à consommer sans modération, le « ZDNet podcast » et les « pointblog » de Bertrand Lenotre, Fred et Pierre pour ma dose de découverte musicale et Caroline quand il s’agit de passer à table.

A pimenter avec , quelques touches de podcasts à fréquences variables qui tombent comme des perles parfois trop rares mais qui ne manqueront pas de vous étonner :
Saskia et sa vie qui se trouve être aussi sérieuse que la mienne, Jean-François qui m’aide à faire mes courses de produits Hi Tech, LuluMac qui me fait partager ses expériences avec son Mac sans oublier Désiré et ses petits grains de folies sonores et Arnaud qui, en direct de sa vallée, me fait voyager au son des grenouilles et de sa musique.
Finissez en saupoudrant avec les sons coquins de Mademoiselle K.

Ainsi grâce à cette recette, j’ai pris conscience que ma station de radio personnelle était bien réglée et bien vivante. Elle ne s’appelle ni Europe 1, ni France Inter et ne ressemble qu’a ce que j’aime écouter 30 à 40 minutes par jour en moyenne dans le métro parisien ou à l’heure du déjeuner.

Alors ne boudez pas votre plaisir, et faites comme moi, fabriquez-vous votre propre station de radio… Le podcast a été inventé pour ça et un bon nombre de briques sont déjà là !

Je vous laisse continuer à fouiller et n’hésitez pas à me livrer votre programmation personnelle dans les commentaires.

@+
Mr Vertigo

vendredi 17 mars 2006

Podcast politique : espérons le meilleur et restons vigilant face au pire !

Allons nous pouvoir suivre la future campagne pour les élections présidentielles via podcasts interposés ? Il y a fort à parier que oui !

Il suffit de regarder les premières tentatives de Loïc Le Meur pour mettre au pas Nicolas Sarkozy et Dominique Strauss Khan, ou encore les initiatives personnelles de Thierry Solere et Laurent Fabius pour comprendre que la politique a déjà fait irruption dans la sphère du podcasting. Et c’est sans compter les podcasts de militants qui vont fleurir sur la toile mois après mois à l’image de celui de Jean-François Tavernier !

Autre élément marquant face à ce phénomène : le C.S.A. ne comptabilisera pas les interventions des hommes politiques via le podcasting dans le contrôle des temps de parole sur les média audiovisuels.

En effet dans une récente interview donnée sur le blog de Netpolitique, Francis Beck, membre du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, déclarait : « En application des nouvelles lois de 2004, les contenus diffusés sur les nouveaux supports de communications électroniques ne relèvent du champ de compétences du CSA que s’ils constituent des services de radio ou de télévision, ce qui n’est pas le cas du podcasting ou des blogs. »

Cela laisse présumer que le podcasting risque de devenir le vecteur alternatif incontournable pour faire entendre ses positions et faire campagne.

Encore faut-il être écouté. Il est évident que les militants de tel ou tel parti n’hésiteront pas à aller consulter le podcast de leur candidat favori sur leur iPod. Mais quel intérêt aurait-on de prêcher des convaincus ?

C’est pour cette raison que pour les hommes politiques et les militants, l’objectif est double :
- Approfondir les points de vues restés en surface dans les média classiques pour défendre ses idées jusqu’au bout ;
- Utiliser ce vecteur pour interpeller de nouveaux électeurs potentiels qui pourraient être séduits par le côté moderne du candidat.

Il serait également intéressant qu’a travers le podcasting, cette nouvelle campagne présidentielle puisse voir émerger de nouveaux hommes politiques véhiculant de nouvelles idées. Ce nouveau média pourrait ainsi devenir un véritable tremplin, une véritable valeur ajoutée pour le débat politique face à des médias traditionnels.

Mais Attention ! Sur cette nouvelle brèche qui s’ouvre au débat politique, une ombre risque tout de même de planer. Il ne serait pas impossible que cette nouvelle plateforme de la libre expression soit investie par toutes formes d’extrémisme.

Et face à une telle perspective, il va falloir rester vigilant. Certains propos dangereux pourrait être véhiculés et tombés ainsi dans les oreilles de jeunes écoutant leur iPod ou autres baladeurs numériques à la recherche d’un contenu et d’une opinion parfois très séduisante…

Par conséquent, même si le podcasting est un espace de liberté ouvert à tous pour le meilleur et pour le pire, il faut espérer que les hommes politiques de tout bord l’utiliseront comme un outil permettant l’échange de point de vue et le débat et non comme un outil de propagande pur et simple laissant la porte ouverte à toutes les dérives.

A suivre…

Mr Vertigo

vendredi 10 mars 2006

Réjouissez vos oreilles… Osez l'érotisme !

Voilà un sujet bien délicat à aborder. Malgré quelques réticences de départ face à un tel univers (puis-je parler de sexe dans ce blog sans paraître racoleur ?), c'est finalement sans tabou ni complexe que j'ai décidé de vous inviter à partager ce voyage au bout d'un érotisme qui, à mon sens, n'est pas seulement destiné à vous les garçons mais aussi à vous les filles.

En effet, avec SexoPhonic radio, il n'est question ici que d'érotisme intelligent et coquin loin de toute pornographie.

A travers sa voix sensuelle, Katrin Alexandre alias « Mademoiselle K », prend soin d'éviter toute vulgarité. Abordant l'érotisme à la fois autour de la culture, de l'histoire et de nos fantasmes quotidiens, elle sert à nos oreilles des textes souvent très troublants, mais jamais anodins.

En utilisant des thèmes comme le baiser, les plaisirs libertins au XVIIIe siècle ou encore les bottes des femmes, Katrin compose des textes sophistiqués autour de références à la fois historiques, littéraires et artistiques, parmi lesquelles on retrouve le Cantique des Cantiques, Apollinaire, Victor Hugo ou encore les photos de Robert Doisneau.

Servi avec talent par Corto Santi, l'habillage sonore n'est pas en reste. Musicien, compositeur, ingénieur du son, cet artiste aux multiples facettes est un créateur d'univers sonores atmosphériques et poétiques, propices à l'éveil des sens. Et quels sens !

Les sons et musiques composés par Corto habillent les textes de Katrin, comme une robe légère ou un déshabillé qui se poserait sur le corps d'une femme.

Véritables hymnes à l'amour physique et sensoriel, ces compositions musicales et sonores vous emmènent parfois très loin de votre quotidien à l'image des trois premiers épisodes des Fantasmagories.

Vous l'aurez compris, ce podcast est là pour réveiller en vous désir et sensualité, qu'ils se conjuguent au féminin ou masculin et nous rappeler par la même occasion que sexe et podcast ne riment pas forcément avec vulgarité.

Seul petit bémol, le titre quelque peu racoleur qui ne reflète pas vraiment son contenu finalement très… sage !

Mr Vertigo